Quelques mots d'histoire...

retour accueil

L'Eglise Abbatiale de Beaugency offre un cadre merveilleux pour le déroulement de la liturgie et l'interprétation de la musique qui l'accompagne. Les offices y étant nombreux, l'orgue se devait d'y avoir une place pour soutenir le chant des fidèles et des pèlerins.

P. Dumolinet qui écrit, entre 1642 et 1652, l'histoire de l'Abbaye, note " Il y a quelque apparence d'un buffet d'orgue, au-dessus de la première arcade de la nef du côté du cloître, à cause d'une petite plinthe qui règne le long de la nef dont un espace est cassé à cet endroit " . (Un pilier face à la chaire a effectivement été entaillé puis rebouché à la brique).

Dès le XVIème siècle, les Eglises de Beaugency étaient pourvues d'orgues puisque, en plus du document cité plus haut, nous savons que Saint-Nicolas, église des " sabots " (c'est-à-dire des pauvres) était dotée d'un "jeu d'orgue offert par un nommé Talon ". Tous ces instruments furent détruits lors de l'incendie des églises en 1567.

1694 L'histoire de l'Abbaye mentionne : "on donna l'habit de frère convers à Benoît Prévost qui avait travaillé en cette abbaye en qualité d'organiste, facteur d'orgue, menuisier et sculpteur ".

26 avril 1790. Dans l'Inventaire des Biens de l'Abbaye, établi par le Maire et le Secrétaire Greffier, on lit : Dans la nef existe une chaire travaillée avec soin, au-dessus de la porte de l'église est un buffet d'orgue; en côté se trouve la tour dans laquelle il y a une horloge.

1 février 1794 (12 pluviôse An 11),Comme organiste de la ci-devant église Notre-Dame, j'avais un traitement deux cents livres par an." (signé Chauvin): il proteste parce qu'on veut le faire travailler pour une somme moindre, sans doute pour les cérémonies "Républicaines".

1827 - Les comptes de la Fabrique signalent: M. Lavègue organiste, M. Orillon, souffleur et M. Tournaillon, accordeur.

14 septembre 1838 - Dans une lettre du Conseil de Fabrique au Conseil Municipal: " le jeu d'orgue (a) besoin d'au moins 1.-500 F de réparations comme l'ont attesté... deux organistes de la cathédrale ".

1842 - Les réparations représentent 30 % du budget paroissial. (10 % en 1843 et 5 % en 1844), c'est dire l'importance de ces réparations.

1850 - A la voûte, un écusson aux armes de Napoléon III rappelle les travaux importants effectués dans l'église : " murs, voûte, piliers dépouillés du badigeon ignoble et de mauvais goût (Piau, Guide du Pèlerin.).

1851-1852 Les travaux de plâtrerie dans l'église ont rendu l'orgue inutilisable et le Curé Berland doit louer un petit orgue pour les fêtes de mars, avril et mai.

1855 - Müller, organiste et facteur d'orgues à Orléans et Weggman, facteur d'orgues à Strasbourg unissent leurs efforts afin d'obtenir un marché pour deux orgues. Le devis de Weggman précise l'origine de la tuyauterie pour l'orgue de choeur: trois jeux neufs et trois jeux provenant de l'ancien orgue: Doublette, Bourdon, Nazard.

19 août 1855 - L'orgue de choeur Weggman est refusé: il n'était " ni au ton d'église, ni au ton d'orchestre ". Par contrecoup, l'orgue de tribune ne sera pas construit. Une lettre de Müller laisse supposer que Curé et Conseil de Fabrique se laissèrent attendrir par les supplications du facteur strasbourgeois déjà contraint de réembarquer tout son matériel. Et l'orgue de choeur resta dans l'église. En effet, pourquoi Weggman émarge-t-il au budget pour une réparation à l'orgue ? Par ailleurs, les mémoires des travaux (menuiseries, peintures ... ) font la distinction entre orgue de choeur et orgue de tribune.

Il est probable que Weggman-Muller construisirent l'orgue de Mer (Loir et Cher).

Si le fonctionnement des orgues laissait à désirer, la musique n'avait pas disparu des offices, grâce aux 1er, 2e, 3e ophicléides, serpents, le,, 2e, 3e chantres, au Ténor, au " contrebassier " au chef de musique, au directeur et à sa Maîtrise d'enfants -

Septembre 1857 - Devis de Cavaillé-Coll pour deux orgues (24 jeux et 14 jeux).

22 mai 1800. L'Assemblée des paroissiens demande la couverture de la tour tenant à l'église. Si la réparation était différée, elle nous priverait de l'escalier des orgues.

1 Février 1801 Le buffet d'orgue est hors de service, attendue la nullité absolue du positif et la discordance des jeux. L'organiste est M. Chauvun qui perçoit 100 livre. Louis Jacques Janvier est chargé de conduire les soufflets et les accords.

5 mars 1861 - Devis pour un orgue 19 jeux de Stoltz. "Le Conseil de Fabrique abandonne à M. Stoltz l'ancien orgue de la paroisse moyennant cinq cents francs, moins un jeu de flûtes (sic) et toute la boiserie du buffet que conservera le Conseil. de Fabrique " .

25 mars 1861 - " L'orgue de choeur a été malmené pendant les travaux de restauration de l'église. Stoltz accepte de le réparer pour 250 ou 260 francs. Les 500 francs de l'ancien orgue vendu à M. Stoltz serviront à couvrir ces frais " . A cette date, on signale la présence de l'orgue de 19 jeux dans l'église.

3 avril 1861 Après le refus de l'orgue de 19 jeux, Traité pour un orgue de 34 jeux. Stoltz accepte en outre de réparer à ses frais l'orgue de choeur (Weggman). Le nouveau traité stipule que l'orgue de 19 jeux ne pourra être enlevé qu'après son remplacement par le nouveau.

27 juillet 1861 - Le Conseil de Fabrique traite avec Renard, menuisier à Beaugency pour la construction d'un buffet (1.800 francs). Celui que pouvait fournir Stoltz est jugé trop cher (3.300 francs).

10 avril 1861 - L'orgue commandé était estimé à 17.000 francs, mais " M. Stoltz a fait savoir que pour mettre le pédalier en rapport avec l'importance de l'orgue, il faudrait ajouter 28 gros tuyaux, d'où une dépense supplémentaire de 800 francs .

9 janvier 1862 - M. Savart, propriétaire demeurant à Beaugency ouvre à la Fabrique un crédit de 12.000 francs destiné à payer l'orgue. Une souscription est ouverte auprès des paroissiens.

22 mai 1862 - Réception de l'orgue de tribune.

1862. Peinture en brun Van Dick de la galerie des orgues corniche de l'orgue, les feuilles d'acanthe et la poutre au dessus, sur toute la surface de l'orgue.

18 septembre 1884 - " Nous soussignés, Stoltz Frères, reconnaissons avoir reçu de M. l'Abbé Piau, la somme de 3.000 francs à valoir sur le marché passé entre nous, le 4 septembre 1884 pour la construction d'un buffet d'orgues ".

Il s'agit du buffet actuel mais avec réutilisation probable de quelques éléments du buffet.Renard. En effet, pourquoi les panneaux latéraux du Grand Corps sont-ils trop courts ? La solution de remplacer le buffet était moins onéreuse que le décapage.

ler avril 1885 - " M. le Curé dit son intention de remplacer dans un avenir prochain le buffet d'orgue par un autre plus en harmonie avec les décorations actuelles de l'église " . Le Curé Piau agit seul et il avise ensuite son Conseil qui n'a même pas d'accord à donner, toutes les dépenses étant réglées par les deniers personnels du Curé.

20 octobre 1885 - Marché entre Piau et Stoltz pour un orgue de choeur. Si les termes du marché sont très explicites financièrement, ils ne mentionnent cependant pas la composition de l'instrument. (Nous avons tout lieu de penser que le petit orgue actuel n'a subi aucune modification depuis 1885 à l'exception d'un jeu d'Euphone provenant de l'orgue Weggman et remplacé par Boisseau en 1953 par un Plein-Jeu de deux rangs).

26 septembre 1886 - " Bénédiction solennelle des peintures de la Chapelle du Sacré-Cour et inauguration du Grand Orgue de tribune et du petit orgue de choeur. Procession aux flambeaux de tous les fidèles au nombre de 450 qui se rendent à la Chapelle du Sacré-Cour, un cierge à la main. Illumination générale de toute l'église avec trois mille bougies comprenant la nef du Sacré-Cour, les deux orgues, la grande nef, tout le choeur et sanctuaire avec leurs colonnes, arcades et triforium, ce qui produisait un effet magique au milieu d'un concours immense ".

25 juillet 1892 - Contrat entre M. Bérard, fabriquant de mobilier à Orléans et M. Piau pour un retable sous l'orgue destiné à " dérober aux regards les entassements de chaises, échelles... placées sous le grand orgue ".

4 mars 1894 - Inauguration des Boiseries du Grand Orgue par Monsieur Vié (futur évêque de Monaco), Les sculptures sont dues à M. Goyers de Bruxelles.

1900 - Stoltz entretient les deux instruments. A partir de cette année, les archives demeurent muettes sur les orgues.

juin 1940 - Des bombardements détruisent la voûte de la petite nef de droite, soufflent plusieurs vitraux et endommagent les deux orgues.

23 décembre 1952 - Délibération du Conseil Municipal: "Les devis établis par les Etablissements Roethinger à Strasbourg pour la remise en état des orgues s'élevant à 1.968.000 francs sont approuvés ".

Prévu pour trois claviers, avec des extensions considérables, mais les crédits étant insuffisants, malgré les subventions du Ministère de la Reconstruction, l'orgue de tribune ne présentera que deux claviers manuels.

25 février 1954 - Monsieur le Maire, accompagné de MM Obrecht et Polblanc, Conseillers Municipaux et de M. le Chanoine Weill, organiste, dressent procès-verbal de réception définitive.

14 juin 1959 - En prélude au Septième Festival de Beaugency, inauguration officielle des grandes orgues par Jean Langlais et la Psalette " A Choeur Joie " d'Orléans.

1962- " Malgré les précautions qui ont été prises au cours des travaux de remise en état des voûtes de bois de la haute nef, des gravats (endommagent) les grandes orgues "

17 avril 1963 - Robert Boisseau présente un mémoire des travaux exécutés pour remédier au mauvais fonctionnement jeux & anches, soupapes, harmonisation générale): 2.000 francs.

1966 - Sur les conseils de Daniel Vannier, Conservateur du Musée de Beaugency et grâce aux documents en sa possession, l'idée est lancée d'étudier sous quelle forme parachever les grandes orgues.

Février 1967 - Récupération du matériel non réutilisé et stocké à Poitiers (dont une flute 4 qui proviendrait de ND deParis....)

1972 - Déclaration au J.O. de l'Association des " Amis de l'Orgue de Beaugency ".

janvier 1974 - Rapport de Marie-Claire Alain sur l'orgue, en vue de l'obtention d'une subvention auprès du Ministère des Affaires Culturelles. (Cette subvention sera de 28.000 francs).

24 août 1973 - Délibération du Conseil Municipal sur les devis présentés par les soins des " Amis de l'Orgue " Le Maire est autorisé à passer un marché avec l'entreprise Koenig de Sarre-Union. Les travaux d'électricité sont confiés, à la maison Samson. Un prêt de 150.000 F. est sollicité du Conseil Général et une demande de subvention présentée au Ministère des Affaires Culturelles, Service des Orgues non classées.

11 juin 1976 - Le classement de l'instrument, demandé par une Association parisienne, est refusé par le Service des Monuments historiques: le matériel ne présentant pas un pourcentage suffisant d'authenticité.

19 mai 1977 - Récital d'inauguration par Marie-Claire Alain.

 

Yves CALVEZ - OrganisteTitulaire

retour haut de page    retour accueil